BARF

BARF veut dire en anglais "Biologically Appropried Raw Food" ce qui veut dire en français "Nourriture crue biologiquement appropriée".



Catégories :

Santé du chien - Santé du chat - Chat - Felis - Felinae - Félidé

BARF veut dire en anglais "Biologically Appropried Raw Food" ce qui veut dire en français "Nourriture crue biologiquement appropriée". La diète BARF est une approche naturelle de l'alimentation du chien. Dans cette optique, le choix des aliments s'appuie sur le respect de la physiologie propre à l'animal. Le chien étant un carnivore, il convient de lui proposer une alimentation de carnivore, à base surtout de viande, d'os crus et d'abats. Ce type d'alimentation s'appuie surtout sur l'idée que les choix alimentaires des animaux sauvages sont guidés par leurs besoins biologiques. Dans la nature, les animaux choisissent instinctivement la diète la mieux adaptée à leur métabolisme, choix que les animaux domestiques carnivores n'ont plus la possibilité de faire, tout simplement parce que c'est l'être humain qui subvient à leurs besoins quotidiens. Présentées à la fin de cet article, les diètes Raw Feeding et Whole Feeding se rapprochent toujours plus de l'alimentation naturelle des carnivores.

Principe de la diète BARF

Chien en train de manger un cou d'agneau cru

La diète BARF est un régime mis au point par le Dr. Ian Billinghurst, un vétérinaire australien. Elle se compose d'os charnus, de fruits et de légumes réduits en purée, d'abats et de suppléments tels que les algues, l'yoghourt, diverses huiles, la levure de bière, etc. Le nettoyage des dents est assuré par la mastication des os.

Dans le monde de l'alimentation naturelle, il s'agit de la diète la plus populaire et la documentation sur le sujet est abondante que ce soit sur Internet ou en librairie. Elle convient particulièrement bien à la majorité des chiens, chats et furets, mais doit être adaptée pour ces deux derniers, qui sont des carnivores stricts. La part végétale devra être réduite dans le cas du chat, et supprimée dans le cas du furet. La part d'os charnus doit aussi être diminuée chez le chat, car ses besoins en calcium et phosphore sont réduits. C'est pourquoi le BARF est moins adapté à ces espèces que le raw feeding et le whole feeding.

Comme l'ensemble des régimes naturels, la diète BARF doit être adaptée aux besoins spécifiques du chien, que ce soit en termes de quantités ou en termes de composition. Bien des propriétaires ont pu constater par exemple que la quantité d'os comparé à la viande était trop élevée, provoquant des occlusions intestinales. Le bon sens doit toujours primer sur les recommandations officielles.

Composition de la diète BARF

La viande, les os et les abats

La viande, les abats et les os sont les éléments principaux de la diète BARF. Les os ne doivent jamais être cuits car ils pourraient causer de sérieuses blessures au chien. La viande est riche en protéines qui sont les éléments "bâtisseurs" de l'organisme, essentiels dans la constitution des muscles, de la trame osseuse et des tissus et qui entrent dans la composition de nombreuses enzymes et hormones.

De plus, les protéines animales sont de très bonne valeur nutritionnelle et ont une grande biodisponibilité. Elles apportent l'ensemble des acides aminés (constituants des protéines) qui sont indispensables pour permettre la fabrication des propres protéines du chien. La viande rouge et les abats, surtout, sont une source indispensable de taurine, acide aminé indispensable à une bonne santé cardiaque.

Les viandes et les poissons ont aussi pour caractéristique d'être une bonne source de fer. L'os sont nécessaires pour l'apport en calcium. Ils sont aussi indispensables pour la santé dentaire du chien car la mastication élimine particulièrement efficacement le tartre.

Le poisson est une excellente source d'acide gras essentiels. On évitera cependant le saumon du Pacifique qui peut être infecté par une douve porteuse d'un agent infectieux mortel pour les canidés.

Les légumes et les fruits

Les légumes et les fruits ne font normalement pas partie de l'alimentation des carnivores mais ils forment un bon apport en vitamines. Il existe deux théories chez les adeptes de l'alimentation crue. La première est de dire que les carnivores, quand ils mangent leur proie, mangent aussi leur estomac qui contient des végétaux digérés. La seconde théorie part de certaines observations chez le loup. Il semblerait en effet que le loup secoue l'estomac de sa proie avant de la manger, et ce afin d'en extraire les végétaux digérés.

Il convient de diminuer les légumes et les fruits en purée afin qu'ils soient plus aisément digérés par le chien. Ils doivent être donnés crus pour l'essentiel d'entre-eux.

Le yaourt

Les yaourts contiennent des probiotiques. Les probiotiques sont des bactéries bénéfiques présentes dans la flore intestinale. Leur présence permet surtout de contrer la prolifération des micro-organismes nuisibles qui peuvent, par exemple, provoquer des diarrhées infectieuses. Les probiotiques contribuent aussi à la digestion des aliments.

Le varech

Le varech contient les vitamines A, B1, B3, B5, B6, B9, B12, C et E, mais aussi du zinc, du brome, du calcium, de la choline, du cuivre, de l'iode, du potassium, du sélénium, du sodium et du soufre. Sa forte teneur en iode est excellente pour les glandes et les organes, en particulier la thyroïde et le foie. Des parts identiques de varech et de luzerne (alfalfa), dans l'alimentation du chien fournissent des nutriments bons pour la santé et apparaissent par conséquent comme étant des compléments vitaminiques et minéraux complets.

L'alfalfa (luzerne)

La luzerne contient les vitamines A, B1, B6, C, E, K ET U, mais aussi du Bêta-carotène, de la niacine, de l'acide pantothénique, de la biotine, de l'acide folique, du calcium, du phosphore, du potassium, du magnésium, du fer, du zinc, du cuivre, des protéines, des acides aminés, des oligoéléments et des fibres. L'aflalfa diminué les dommages liés à la radiothérapie, a une action antibactérienne contre les salmonelles et a contient une protéine réputée pour ses propriétés anti-tumorales. Il est utilisé pour détoxifier le corps et pour traiter les hémorragies, le diabète, les ulcères et l'arthrite. Utilisez la feuille et la tige de luzerne sous forme de poudre ou liquide. N'employez pas les graines de luzerne car elles contiennent une toxine naturelle.

L'usage de la luzerne est quelquefois contesté par certains maîtres qui peuvent observer d'importantes réactions allergiques chez leurs animaux. Il est par conséquent important de l'introduire progressivement, et d'en donner avec parcimonie.

Les œufs

Chien mangeant un œuf entier

L'œuf possède un certain nombre de caractéristiques nutritionnelles : Il apporte des protéines, surtout l'ovalbumine, idéalement équilibrées en acides aminés essentiels. Les nutritionnistes considèrent d'ailleurs cette protéine comme "la protéine de référence". L'œuf contient des lipides (10, 5 %), concentrés dans le jaune et renferme une part non négligeable de cholestérol (228 mg pour un œuf de 60 g). Il forme, en outre, une source importante de phosphore et de fer. Le jaune apporte aussi des vitamines liposolubles A et D. Le jaune de l'œuf est aussi riche en vitamine B8 ou Biotine.

La coquille de l'œuf est une source importante de calcium. Elle doit par conséquent être donnée au chien avec le reste de l'œuf.

À noter cependant que le blanc de l'œuf ne doit pas être donné cru. Il contient en effet une glycoprotéine inhibitrice de croissance, l'avidine.

Les oméga 3 et les oméga 6

Les chiens, comme les autres animaux, ont un besoin de certains acides gras polyinsaturés. Les acides gras essentiels ne peuvent être synthétisés. Il convient par conséquent qu'ils soient présents dans l'alimentation du chien. Ces acides gras stimulent la croissance et aident à la guérison de la dermatite caractéristique des chiens alimentés avec un régime particulièrement pauvre en graisses ou un régime dans lequel la graisse est totalement saturée[1].

Quantités et proportions

Quantités

On compte comme base de départ une quantité journalière totale équivalent à 2 à 3 % du poids du chien. Pour les chiots en croissance, on compte autour de 6% du poids du chiot. Dr. vét. Jan Billinghurst part même d'un dosage de 10% ce qui s'avère être légèrement généreux.

Proportions

Les proportions sont les suivantes :

Ces quantités doivent toujours être adaptées selon le chien.

La diète Raw Feeding

La diète Raw Feeding est un régime à base de viande crue, d'os et d'abats. Ce régime est conseillé surtout par le Dr. Tom Lonsdale, vétérinaire australien. L'objectif de ce régime est de reconstituer, le plus scrupuleusement envisageable, une proie entière à partir de différents morceaux de viande. Les quantités suggérées sont de 5 à 10 % d'abats, 10 à 15 % d'os comestibles et de 80 à 85 % de viande (muscle). Les morceaux de viande et les os doivent être les plus gros envisageables pour reconstituer la forme d'une proie entière. Les os porteurs des mammifères herbivores sont cependant à proscrire. Les seuls suppléments indiqués dans le régime Raw Feeding sont les œufs et , de temps à autre, les restes de table. Le poisson peut peut-être être remplacé par de l'huile de poisson.

Avec le régime Raw Feeding, une bonne santé buccale est assurée. Grâce à la grande quantité de viande, chaque repas est aisément assimilé et on évite ainsi les impactions intestinales dues à une trop grande quantité d'os. Le temps de préparation est moins long qu'avec la diète BARF dans la mesure où il n'y a pas de légumes ni de fruits à diminuer en purée, ni de suppléments à ajouter. Ce régime fait fréquemment peur aux débutants qui n'osent pas donner de grosses pièces ou qui ont peur que cette diète ne soit pas équilibrée. C'est pourquoi ils débutent le plus souvent avec la diète BARF décrite plus haut.

La diète Whole Feeding

La diète Whole Feeding consiste à donner des proies entières, comme par exemple, des volailles non plumées et non vidées, ou des proies partiellement reconstituées, lorsqu'il s'agit de grands animaux. Ce mode d'alimentation ne repose pas sur un rythme régulier. À une période où la nourriture sera donnée en quantité supérieure aux besoins de l'animal succèdera une période de jeûne. Un rythme qui se rapproche de celui de l'animal sauvage qui chasse pour se nourrir, faisant bombance lorsqu'il attrape une proie et jeunant lorsque la chasse n'a pas été fructueuse.

En donnant des proies entières les proportions os, viande, abats sont naturellement respectées.

Les régimes de type Raw Feeding et Whole Feeding sont spécifiquement bien adaptés aux carnivores stricts que sont les chats et les furets.

Chien mangeant une pintade crue

Tout comme il n'y a pas de chien unique il n'y a pas de régime unique.

Quelle que soit la méthode choisie les proportions, quantités, ingrédients sont donnés comme base pour l'élaboration de la diète mais doivent être adaptés aux besoins spécifiques de son animal.

Notes et références

  1. (Hansen et al., 1948, 1954; Hansen and Wiese, 1951; Wiese et al., 1965, 1966)

Liens externes

Le portail BARF francophone

Le site de l'alimentation en crue, pour chiens, chats et furets



Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/BARF.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 12/01/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu