Korat

Le korat est une race de chat venant de Thaïlande. Ce chat de petite taille est caractérisé par sa robe à poils courts de couleur bleue et ses yeux verts.



Catégories :

Race de chat - Chat - Felis - Felinae - Félidé

Recherche sur Google Images :


Source image : catfacts.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le Korat est un chat de taille petite à moyenne ayant une large poitrine et ... de naissance avec une couleur bleu au bout de quelques jours/semaines pour... (source : passionchats.free)
  • La particularité du chat Korat est la couleur bleu argent uniforme, qui caractérise sa robe. Chaque poil est clair à la racine et tend progressivement à ... (source : wamiz)
  • De l'origine de la race de chat Korat.... Le pays d'origine de la race de Korat est la Thaïlande où elle est extrêmement connue et ... Les poils sont fins avec des racines comme des nuages teintés couleur argent à leurs extrémités.... (source : korat)
korat icône chat
Parvati,chat-adulte-femelle-race-korat.JPG
Korat femelle

Région d'origine
Région Flag of Thailand.svg Thaïlande
Caractéristiques
Silhouette Médioligne semi-cobby
Taille Petite
Poids 2 à 4 kg pour la femelle, 4 à 5 kg pour le mâle.
Poil Court, sans sous-poil
Robe Bleue
Tête En forme de cœur
Yeux Verts
Oreilles Grandes, positionnées haut
Queue Longueur moyenne, épaisse à la base et effilée au bout
Standards

Le korat est une race de chat venant de Thaïlande. Ce chat de petite taille est caractérisé par sa robe à poils courts de couleur bleue et ses yeux verts.


Origines

Une des plus anciennes représentation d'un korat

Les korats ont été décrits dans un très ancien manuscrit retrouvé sur le site d'Ayutthaya, la capitale de l'ancien royaume du Siam. Ce Traité des Poèmes des Chats ou Tamra Meow (aussi nommé Smud Khoi) est un recueil de vers richement illustré dont la rédaction est localisée entre 1350 et 1767. Le manuscrit répertorie et décrit de façon poétique les races de chats existant à cette époque. Il établit entre autres une classification entre les animaux qui sont censés «porter bonheur» et ceux qui, au contraire, attirent le mauvais œil selon les croyances populaires et religieuses de l'époque. Les chats de race korat arrivent 5e parmi les 17 chats «porte-bonheur», et on peut y lire la description suivante :

«Le chat Maled a le corps de la couleur du Doklao. Les poils sont fins, les racines sont comme des nuages teintés d'argent à leurs extrémités. Ses yeux brillent comme les gouttes de rosée sur les feuilles du lotus»

Cette description montre que le korat est un chat de race naturelle et comptant parmi les plus anciennes connues aujourd'hui, au contraire de la majorité des autres qui ont été créées récemment et de manière artificielle. Cela montre aussi que le korat moderne est la copie conforme de son ancêtre.

Le roi Rama V (1869-1910) en personne possédait des korats, qu'il conservait précieusement au cœur du palais, dans la chatterie royale de Chulalongkorn. Ce roi tenait tellement à ces chats que quand il accueillit à sa cour le Consul général du Royaume-Uni en 1884, néenmoins accueilli en grandes pompes avec moult cadeaux précieux, il se refusa à lui céder un de ces pensionnaires. Pour donner le change à l'ambassadeur, il offrit à la place des chats Siamois sealpoint qui provenaient eux aussi de la chatterie royale, mais qui étaient tout de même bien plus nombreux. Pour que le consul britannique et sa suite se sentent honorés d'un tel présent, le roi leur fit croire que ces chats Siamois aux masques noirs étaient l'emblème du pays et qu'ils étaient reconnus par la population locale comme les chats les plus précieux du royaume. Les Britanniques, contents de ces présents qui leur apparaissaient prestigieux, se hâtèrent de répandre cette belle légende en Occident. C'était, en réalité, un petit mensonge salvateur de la part du roi Rama V qui ne souhaitait pas se séparer de ses korats et de ses autres chats «porte-bonheur». C'est ainsi que les Siamois connurent un succès immédiat en Europe puis aux États-Unis, au détriment des autres races de chats asiatiques qui restèrent longtemps méconnues.

Ces chats sont restés confinés sur le plateau du Khorat (dans l'actuel province de Nakhon Ratchasima au Nord-Est du pays) d'où leur nom. Leur élevage étant réservé aux nobles et leurs exportations strictement interdites et sévèrement sanctionnées, les korats n'ont été découverts au Royaume-Uni qu'en 1896 et n'ont été reconnus comme race qu'en 1966. Il fallut attendre les années 1950 pour que la race arrive en Amérique et 1972 pour l'Europe continentale.

Appellations

Graines de Look-Sawat

Les Thaïlandais désignent le korat par le terme si-sawat[1] qui veut dire littéralement «la couleur du sawat». Le mot sawat possède plusieurs significations :

En référence à ces graines de look-sawat, le mâle korat est aussi nommé maled («graine»). Le terme de doklao était quant à lui fréquemment utilisé pour la femelle korat. Il désignait la fleur grise d'une espèce de citronnelle sauvage.

C'est le Rama V qui aurait finalement décidé de garder le nom de korat pour nommer cette race.

Croyances populaires

En Thaïlande, les mythes et légendes abondent au sujet des chats, reconnus comme des symboles de bonnes ou mauvaises augures. Le korat reste reconnu dans ce pays comme un symbole de prospérité et est particulièrement recherché par les habitants.

Au départ, la couleur gris-bleu du pelage des korats rappelait aux Thaïlandais les nuages gorgés des pluies de la mousson qui étaient synonymes de bonnes récoltes et d'abondance. Quant à la couleur de leurs yeux, elle leurs rappelaient le vert tendre des jeunes pousses de riz. Le korat était par conséquent censé porter chance aux agriculteurs. Dans certains villages du Nakhon Ratchasima, il est toujours de coutume de promener un korat en procession afin d'émouvoir les dieux pour que ces derniers apportent de la pluie.

Les reflets argentés de la robe des korats étaient aussi censés faciliter l'activité des commerçants et des marchands. Selon les croyances populaires, en posséder un était un gage de richesse. Pour cette même raison, la tradition voulais qu'on offre un couple de korats aux jeunes mariés de la noblesse, afin d'apporter le bonheur et la prospérité au sein du nouveau foyer.

Standards

Les différentes couleurs d'yeux des korats au sein d'une famille.

Les spécificités des korats sont dues à leur isolement géographique qui a duré plusieurs siècles. La présence de nombreux granits dans leur région d'origine leur aurait permis de fixer génétiquement la couleur bleue de leur robe, et ainsi de se fondre plus naturellement dans le paysage. Si on regarde cette robe plus attentivement, on remarque que chaque poil présente trois teintes différentes : gris clair à la racine, gris foncé au milieu et argentée à la pointe. Ce «silver tipping» est ce qui rend le korat vraiment unique parmi les autres chats bleus. Il est dû à l'absence de mélanine à l'extrémité des poils.

Le korat est un chat de petite taille, à tel point que les spécimens adultes sont fréquemment pris pour de jeunes chats par les néophytes. Le fait est qu'il reste particulièrement joueur tout au long de sa vie et que cela contribue à la confusion. Le mâle dépasse rarement quatre ou cinq kilos selon qu'il soit castré ou pas. La femelle, plus petite et plus fine, pèse en moyenne entre deux et quatre kilos[1].

Possédant l'ensemble des deux une musculature puissante, leur allure est souple et équilibrée : ni trop compacte, ni trop svelte. Cet équilibre fait du korat l'un des rares chats à relever à la fois du type «foreign» et «semi-coby» : un mélange unique entre les lignes élancées du Siamois et les courbes compactes du British Shorthair.

Le korat est l'une des races qui ne possèdent pas de sous-poils, ces petits poils duveteux qui se cachent généralement sous les poils plus longs. Cette particularité lui permet d'être particulièrement bien toléré par les personnes allergiques. Les observations de terrains effectuées par des spécifiques ont permis de constater que les individus généralement allergiques aux chats ont éprouvé des rémissions plus ou moindres en présence de korats, quoique cela ne soit pas encore prouvé scientifiquement.

L'allergie aux chats chez les êtres humains est essentiellement due à une molécule présente dans les sécrétions salivaires de l'animal, qui la répand dans son entourage par ses poils déposés. On suppose que les sujets développant ce type d'allergie supportent mieux la présence d'un korat dans leur environnement proche, car :

Le physique du korat est néenmoins bien particulier. Il se rapproche du Siamois respectant les traditions dit Thaï (aussi nommé «tête de pomme»), quoiqu'il soit en moyenne de plus petite taille. D'autres différences notables apparaissent entre ces deux races, surtout une tête en forme de cœur, des yeux d'un vert intense et l'absence de sous-poils. Avec la robe bleue, ces caractéristiques réunies sont la signature du korat.


Variantes

Un korat et une de ses variantes : Le thaï blue point

Le korat est un chat bleu argenté de sa naissance à sa mort. Jusqu'à désormais, aucune association ne reconnait d'autres couleurs que le «bleu aux pointes d'argent» (Silver Tipped Blue) pour cette race.

Bien que les korats n'aient pas été croisés à d'autres races depuis leur sortie de Thaïlande, certains éleveurs de korat ont eu la surprise de découvrir dans leurs portées des chatons arborant des couleurs autres que le bleu uni réglementaire. C'est ainsi qu'apparurent dans les années 1970 des chatons de type bluepoint. Plus étonnant toujours, le premier chat couleur lilas a vu le jour en 1989. Ces couleurs non reconnues par le standard du korat sont dues à des gènes récessifs qui ressurgissent dans les portées au gré des croisements. Le gène récessif dit «chocolat» confère la couleur lilas tandis que le gène récessif colourpoint aboutit à des chats de type bluepoint.

Face à ce phénomène génétique, les éleveurs se sont retrouvés confrontés à un problème de sélection. En effet, seuls des chats de couleur bleu uni qui descendent de parents korat peuvent être enregistrés eux-mêmes comme des korats selon les critères des associations qui gèrent les pedigrées.

Il est envisageable actuellement, grâce à des tests génétiques, de connaitre quels sont les chats porteurs de ces gènes et de sélectionner les sujets reproducteurs pour que l'ensemble des chatons issus de parents korats soit seulement bleu.

Seule le GCCF (Royaume-Uni) propose aux éleveurs de ces chatons issus de parents korat pure race, et exprimant ses gènes, qui ne peuvent pas obtenir des pédigrées à cause de leur couleur de les enregistrer. Cette race est nommée Thaï Lilas ou Thaï Blue Point (à distinguer du Thaï). Ces derniers font des émules parmi quelques amateurs. Cependant il est à noter que les chatons bleus issus de parents Thaï Lilas ou Blue Point ne sauraient être reconnu comme des korats pour l'ensemble des registres félins sauf le GCCF. Il est aussi à noter que les anglais qui ont soutenu ce programme d'élevage avant l'existence de ces tests génétiques déplorent actuellement une couleur de pelage bleu altéré sur leurs lignées.

Caractère

Le caractère du korat est fréquemment décrit comme ressemblant à celui de son cousin le siamois. Comme les autres chats orientaux, il serait extrêmement fidèle et montrerait un fort attachement à son propriétaire. On dit aussi que c'est un chat particulièrement communicatif qui possède une large panoplie de miaulements, et il n'hésitera pas les utiliser pour s'exprimer.

De par son passé de gardiens des temples, le korat serait naturellement calme, peu destructeur, et s'adapterait par conséquent à la vie en appartement. Il démontrerait un vif intérêt pour le jeu durant toute sa vie et son intelligence lui permettrait d'apprendre rapidement de petits tours. Bref, le korat mériterait par conséquent spécifiquement son surnom de «chat-chien»[1].

Ces traits de caractère restent cependant idéalement individuels et sont avant tout fonctions de l'histoire du chat, quelle que soit sa race.

Voir aussi

Notes et références

  1. Revue Féminin Spécial Chat n°15 (2008)

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Korat.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 12/01/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu