Le Maître chat ou le Chat botté

Le Maître chat ou le Chat botté est un conte de Charles Perrault, paru avec les Contes de ma Mère l'Oye en 1697.



Catégories :

Chat de fiction - Félin de fiction - Félidé - Contes de ma mère l'Oye - Personnage de conte

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le texte du conte : Le Chat Botté de Charles Perrault.... Le maître Chat, qui allait toujours devant, rencontra des Moissonneurs, et leur dit : Bonnes gens... (source : clpav)
  • LE MAÎTRE CHAT OU LE CHAT BOTTÉ. Selon le sens cabalistique et chymique des contes de ma Mère l'Oye. L'homme écoute le démon qui l'instruit... (source : beyaeditions)
  • Le chat botté de Charles Perrault. Un meunier ne laissa pour tous biens à trois... un jeune étourdi de lapin entra dans son sac, et le maître chat tirant... (source : momes)


Le Maître chat ou le Chat botté

Illustration de Le Maître chat ou le Chat botté

«Au secours, au secours, voilà Monsieur le marquis de Carabas qui se noie».
Illustration de 1867 de Gustave Doré


Auteur Charles Perrault
Genre Conte en prose
Pays d'origine France
Lieu de parution Paris
Éditeur Claude Barbin
Date de parution 1697
Chronologie
La Barbe bleue
La Barbe bleue
La Barbe bleue
Les Fées
Les Fées
Les Fées

Le Maître chat ou le Chat botté est un conte de Charles Perrault, paru avec les Contes de ma Mère l'Oye en 1697.

L'histoire

L'histoire a pour personnage central un chat domestique parlant et doué de raison qui aide son nouveau maître, le troisième fils d'un meunier, à tirer profit de son héritage.

À son décès, un vieux meunier laisse à ses trois fils l'intégralité de ses biens. L'aîné hérite du moulin, le cadet de l'âne, et le benjamin du chat. Sans un sou en poche et ne sachant que faire d'un tel cadeau, ce dernier songe à le manger. Mais le chat, à la plus grande surprise de son nouveau maître, s'avère doué de parole. Contre un sac et une paire de bottes et avec énormément de ruse, l'animal va faire passer le jeune homme pour un puissant gentilhomme, le marquis de Carabas, et lui permettre d'épouser la princesse du royaume.

Analyse

Le personnage central du conte n'est pas le chat botté, comme n'importe qui veut le croire, mais bel et bien le fils du meunier. L'animal, auquel il est plus facile de s'identifier, symbolise l'enfant libre. Double merveilleux de l'enfant, il va aider le héros en contrepartie de sa vie sauve. Par ruse, il va lui permettre de vaincre avec une certaine facilité l'Ogre et d'accéder à la fortune ainsi qu'à l'amour.

D'autre part, dans la tradition des contes populaires, les éléments merveilleux donnaient fréquemment lieu à la mise en scène d'animaux jouant le rôle d'auxiliaire du héros. Perrault, qui perpétue cette tradition, s'en détache néenmoins en introduisant le Chat Botté qui, par bien des aspects, s'apparente plus au véritable héros du récit que le fils du meunier. Quoique ce dernier épouse la princesse, il n'a rien fait pour ; c'est bien plutôt la ruse de l'animal qui lui a permis d'arriver à ses fins.

Le conte du Chat botté a une place à part dans les contes de Perrault. Si La Belle au bois dormant ou Le Petit Poucet offrent à l'enfant une riche matière pour surmonter obstacles et conflits, le Chat botté est quant à lui un récit dont la morale est ambiguë, laissant entendre que la ruse paie plus rapidement et plus sûrement que le labeur ou le talent. Néanmoins, cette ambiguïté de la moralité était fréquente chez Perrault. Malgré ses dires, il n'était pas un moraliste, pas plus qu'il ne voulait conférer à ses récits une véritable valeur éthique. Cette équivoque participe plutôt d'un jeu littéraire et mondain de l'auteur avec son public. D'ailleurs, on retrouvera un genre de morale si peu morale dans un de ses précédents contes, Les Souhaits ridicules, où, pour clôturer le récit, Perrault affirme que si les paysans sont si pauvres, c'est bien parce qu'ils méritent leur condition.

Version manuscrite et illustrée datant de la fin du XVIIe siècle

En effet l'animal, quelque peu paresseux, n'hésitera pas à mentir au roi, à manipuler l'ogre ainsi qu'à corrompre les paysans pour favoriser l'ascension sociale de son jeune maître pour pouvoir lui-même vivre oisivement ensuite.

Une autre analyse nous présente ce conte comme un récit initiatique, philosophique, où le chat serait la force vive que le meunier aurait hérité de son père, cette force qui lui permettra de se réaliser. En ce XVIIe siècle mystique, cherchant à digérer les débordements de la Renaissance, cette hypothèse est particulièrement acceptable. Charles Perrault est un écrivain plus profond qu'il n'y paraît ; il a su revoir tous ces contes populaires en leur insufflant une morale et comme énormément de récits et d'œuvres d'art de cette époque, une seconde approche plus symbolique. Le Chat botté en est la preuve. Ce conte par conséquent, qu'on trouve pour la première fois en Italie, rédigé par Giovanni Francesco Straparola a été réécrit par Perrault dans un but d'éducation mais par le biais du message codé. L'auteur[1] de cette analyse nous démontre que chaque action du chat ou du meunier est une étape vers la réalisation de soi, vers la perfection et la vérité universelle, la Connaissance. Cette force, activée par la confection de bottes, la lutte contre les forces obscures du microcosme et du macrocosme dans le combat contre l'ogre, toutes ces actions sont dans la logique d'un parcours initiatique.

Antériorité

Le conte prend en fait sa source dans l'Antiquité gréco-romaine. Plus tard, en 1634, apparaît à Venise une version de ce conte dont le personnage central est une chatte. Une autre version de ce conte parut en 1695.

Adaptations

«L'Ogre le reçut aussi civilement que le peut un Ogre». Illustration de Gustave Doré

Cinéma

Bande dessinée

Théâtre

Jeu vidéo

Autres

Annexes

Textes complets sur Wikisource

Charles Perrault

Liens externes

Notes et références

  1. Drôle de Conte


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Ma%C3%AEtre_chat_ou_le_Chat_bott%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 12/01/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu