Maneki-neko

Un maneki-neko est une statue respectant les traditions japonaise en céramique ou en porcelaine, représentant un chat assis...



Catégories :

Objet traditionnel japonais - Superstition - Chat - Felis - Felinae - Félidé

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Chat porte-bonheur japonais Maneki Neko 12 cm, 14, 90 EUR. Baby Plane bleu : le petit avion qui aide bébé à mieux manger, 8, 00 EUR... (source : zenavenue)
  • Dans la collection de faire-part ASIE, découvrez MANEKI NEKO, CHAT DU BONHEUR, un faire part, carton d'invitation en rapport avec : Chat qui nomme, japon, ... (source : artipik)
  • Tirelire Chat Prospérité japonais Maneki Neko doré : Amazon. fr : Cuisine & Maison.... Le Maneki Neko est une statuette représentant un matou, ... (source : amazon)
Ce maneki-neko à Tōkyō invite les passants à jouer à la loterie.
Rares sont les maneki-neko levant les 4 pattes.

Un maneki-neko (???? aussi nommé chat bonheur) est une statue respectant les traditions japonaise en céramique ou en porcelaine, représentant un chat assis et levant la (ou les ) patte (s) au niveau de l'oreille, et qu'on trouve souvent sur les devantures des magasins, près des caisses dans les centres commerciaux, dans les salons de pachinko, etc.

Maneki (??) vient du verbe maneku (??) qui en japonais veut dire inviter (dans le sens de faire venir) ou saluer, et neko (?) sert à désigner le chat. Il s'agit par conséquent littéralement du «chat qui invite». La tradition veut qu'on mette un de ces chats levant la patte dans les magasins pour attirer la fortune (pécuniaire). La patte levée fluctue selon que le chat est supposé attirer le client ou le faire dépenser plus d'argent dans le magasin : la patte gauche est censée attirer les clients, la patte droite l'argent. Il existe ainsi des chats levant les deux pattes et plus rarement les quatre pattes.

On trouve fréquemment des maneki-neko dans les foyers, surtout sous forme de tirelires, de porte-clefs ou d'autres objets.

Attributs

Le geste

Pour les Américains et les Européens, le maneki-neko semble dire «au revoir» plutôt qu'inviter. Cela vient tout simplement des différences entre les gestes utilisés au Japon et en Occident : les Japonais invitent en levant la main paume vers l'avant et en baissant et relevant les doigts plusieurs fois comme le geste du maneki-neko. Certains chats conçus particulièrement pour l'Occident ont la paume tournée vers l'arrière, dans un geste d'invitation plus familier aux Occidentaux.

Les maneki-neko peuvent lever la patte droite ou la patte gauche, quelquefois les deux. La signification de chaque patte fluctue selon la région et de l'époque. La croyance la plus commune affirme que la patte gauche levée attire les clients, alors que la patte droite attire la fortune et la chance, mais certains affirment l'inverse. Pour d'autres, la patte gauche levée est meilleure pour les débits de boissons, la patte droite pour les autres commerces. (Cette croyance peut être associée au fait qu'au Japon, ceux qui tiennent bien la boisson sont surnommés hidari-kiki ce qui veut dire «gaucher». )

On croit le plus souvent que plus le chat lève haut la patte, plus il attire la chance. Donc, les pattes des maneki-neko sont devenues de plus en plus hautes avec les époques ; certains peuvent même deviner l'époque d'un maneki-neko à la hauteur de sa patte. On dit quelquefois aussi que plus le chat lève haut la patte, plus la chance vient de loin.

Certains maneki-neko ont une patte électrique, alimentée par une pile ou par un capteur solaire, qui bouge sans cesse en répétant son geste de bienvenue.

La couleur

Bobtail japonais mi-ke, modèle du maneki-neko tricolore.

On trouve des maneki-neko de toutes sortes de couleurs. Si elles n'étaient certainement que décoratives à l'origine, aujourd'hui, elles sont associées à certains attributs ; ici encore, les interprétations peuvent fluctuer.

Le collier, la bavette et la clochette

Les maneki-neko portent fréquemment quelque chose autour du cou, cela peut être un foulard ou une écharpe, mais le plus fréquemment, c'est un collier rouge avec une clochette et une bavette décorative. Ces objets imitent certainement les ornements portés par les chats des riches foyers de l'ère Edo. Les colliers rouges fabriqués à partir d'une fleur rouge, hichirimen, étaient ornés de petites clochettes qui servaient à la fois à décorer ainsi qu'à connaître les déplacements du chat.

La bavette pourrait aussi être liée à celles qui ornent fréquemment les statues de la divinité Jizo Bodhisattva. On trouve des statues protectrices de Jizo à l'entrée des temples et des cimetières japonais. Jizo est le protecteur des enfants malades et mourants, et des parents d'enfants guéris viennent orner les statues de Jizo d'une bavette en signe de reconnaissance.

La pièce

Les maneki-neko sont fréquemment représentés avec une grosse pièce dorée, nommée koban, utilisée au Japon pendant l'ère Edo. Un koban valait un ryo, une autre ancienne monnaie japonaise, mais le koban porté par la majorité des maneki-neko est marqué comme valant dix millions de ryo. Un ryo devait valoir à peu près mille dollars, même si la valeur de la pièce, comme celle du dollar, a varié énormément.

Cette pièce s'inscrit fortement dans le rôle d'apporteur de fortune du maneki-neko. Il n'est par conséquent pas étonnant qu'on trouve des maneki-neko tirelires, une pratique qui remonte au moins aux années 1890, comme le cochon tirelire occidental.

Quelquefois, de petites pièces de monnaie sont déposées à côté des maneki-neko en guise d'offrandes. Cette pratique se rapproche de la coutume de jeter des pièces dans une fontaine ou un puits à souhaits.

Le matériau

Les maneki neko sont le plus souvent fabriqués en porcelaine ou en céramique. Cependant, on peut fabriquer des statues moins chères avec d'autres matériaux, comme le plastique, le bois, le papier mâché ou l'argile, alors que des maneki neko précieux peuvent être fabriqués en jade ou en or. Les maneki-neko qui bougent sont le plus souvent en plastique.

Origine

Un maneki-neko tricolore.

Histoire

Même si on croit que les premiers maneki-neko sont apparus à la fin de l'ère Edo (1603-1867) au Japon, la première preuve documentée vient des années 1870, pendant l'ère Meiji. Les chats sont mentionnés dans un article de journal daté de 1876, et il y a des preuves que des maneki-neko en kimono étaient distribués dans un temple d'Osaka à cette époque. Une publicité de 1902 pour les maneki-neko indique qu'au début du XXe siècle, ils étaient populaires[1].

Avant cela, les origines du maneki-neko restent floues.

On attribue une histoire à plusieurs empereurs japonais, ainsi qu'à Oda Nobunaga et au samouraï Ii Naotaka  : un jour le personnage rencontra un chat qui semblait lui faire signe. Croyant qu'il s'agissait d'un signe, le noble s'approcha du chat. Il fut détourné de son chemin et se rendit compte qu'il avait évité un piège qu'on lui tendait légèrement plus loin. Depuis ce temps, les chats furent reconnus comme des esprits sages et porteurs de chance. Plusieurs temples et maisons au Japon contiennent la figure d'un chat avec une patte levée comme s'il saluait. Ce serait l'origine du maneki-neko, fréquemment nommé kami neko.

Une théorie rattache l'origine du maneki neko, ou du moins de sa popularité, à la montée du nouveau gouvernement Meiji. Dans ses tentatives d'occidentaliser la société japonaise, le gouvernement fit interdire les talismans à connotation sexuelle, fréquemment affichés dans les maisons de passe. Après la disparition de ces talismans, les maneki-neko prirent leur place comme porte-bonheurs, peut-être parce que leur geste d'invitation rappelle une femme invitant à entrer dans la maison de passe.

D'autres personnes ont noté la ressemblance entre le geste du maneki-neko et celui d'un chat faisant sa toilette. Une vieille croyance japonaise affirme que si un chat se frotte le visage, un visiteur va arriver, et un proverbe chinois toujours plus ancien (connu aussi en Occident) affirme que si un chat se frotte le visage, il va pleuvoir. Alors il est envisageable qu'on croie pouvoir attirer des visiteurs avec une statue de chat se frottant le visage.

On ignore lorsque les maneki-neko sont devenus populaires aux États-Unis, mais ils étaient connus là-bas au moins en 1963, lorsque Patricia Green les mentionna dans son ouvrage, The Cult of the Cat. Actuellement, le maneki-neko est particulièrement présent à Chinatown à New York. Les vendeurs ambulants et les boutiques de rue vendent de nombreuses variétés de ce chat, qui sont acquises essentiellement par les touristes. Ils sont fréquemment acquiss pour le folklore.

Légendes

Il existe plusieurs versions sur l'origine de cette tradition, en voici quelques-unes :

Influence

Il existe aussi des maneki-neko publicitaires : ici pour la bière japonaise Asahi.

L'influence du maneki-neko est telle que plusieurs personnages de fiction sont dérivés de ce chat :

Galerie

Notes et références

  1. (en) Maneki Neko - Beckoning Cat of Japan, One of Japan's Most Popular Lucky Charms
  2. (en) Legends of Maneki Neko

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Maneki-neko.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 12/01/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu