Puma

Le puma appartient à la famille des félidés. Il est aussi connu dans certaines régions sous le nom de couguar, cougar, lion des montagnes ou quelquefois, par abus de langage, sous le terme de panthère.



Catégories :

Statut IUCN Quasi menacé - CITES annexe II - Bon article - Espèce menacée - Mammifère (nom vernaculaire) - Puma - Felinae - Félidé - Mammifère (nom scientifique) - Faune endémique d'Amérique du Sud - Faune endémique d'Amérique du Nord

Recherche sur Google Images :


Source image : touslesfelins.free.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Remarques : Quoique plus petit que le jaguar, le puma est énormément plus craint... Puma concolor puma (5)  : pumas vivants au sud de l'Amérique du Sud (Chili et ... (source : fauvesdumonde.free)
  • Le puma fait partie des plus gros prédateurs carnivores du continent américain. Le puma (Puma concolor) est aussi nommé couguar ou lion des montagnes.... (source : dinosoria)
  • Le puma (puma concolor, felis puma), qu'on nomme aussi lion des ... Le puma est un animal dangereux, qui est plus craint que le jaguar par les ... (source : zoo-maubeuge.images-en-france)
Wikipédia:Lecture d'une taxoboxComment lire une taxobox
Puma
 Un puma (Puma concolor)
Un puma (Puma concolor)
Classification
Règne Animalia
Sous-règne Metazoa
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Carnivora
Sous-ordre Feliformia
Famille Felidæ
Genre Puma
Nom binominal
Puma concolor
(Linnæus, 1771)
Répartition géographique
Wiki-Puma concolor.png
Statut de conservation IUCN :

LC : Préoccupation mineure
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'IUCN.

Statut CITES : Cites II.svg Annexe II,
Révision du 14-06-2006
sauf : Puma concolor coryi
Puma concolor costaricensis
Puma concolor couguar

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :

Le puma (Puma concolor) appartient à la famille des félidés. Il est aussi connu dans certaines régions sous le nom de couguar, cougar, lion des montagnes ou quelquefois, par abus de langage, sous le terme de panthère. Il est comparable à un gros chat sauvage qu'on peut rencontrer en Amérique du Nord et du Sud. Le puma est un animal complexe à observer et solitaire.

Pelage

Le pelage du puma est uniforme (concolor veut dire «d'une seule couleur»), même si on devine quelquefois des rayures sur ses membres antérieurs[1]. Sa couleur reste dans les tons fauves et fluctue du brun roux dans les régions tropicales au gris jaune dans les régions arides. Le dessous du corps est plus clair, allant de la couleur crème au blanc[2].

La longueur des poils dépend du milieu naturel dans lequel l'animal vit : ils sont rudes et courts dans les régions chaudes et longs dans les régions froides. Les cas d'albinisme sont rares, mais les cas de mélanisme sont fréquents[3].

Aspect général et mensurations

En moyenne, le mâle mesure entre 1 mètre et 2, 30 mètres de longueur, le record étant de 2, 90 mètres, queue comprise[1]. Celle-ci représente un tiers de la taille de l'animal[4]. La masse du puma est comprise entre 25 kg et 100 kg ; le plus gros individu connu faisait 120 kg[3]. Sa taille fluctue de 60 cm à 76 cm à hauteur à l'épaule[4], [3]. La femelle est plus petite (de 0, 95 m à 2, 10 m) et moins grosse (environ 35 kg à 48 kg[3]). En outre, les espèces de pumas se différencient par leur taille : les plus grands spécimens vivent dans les montagnes Rocheuses et en Patagonie, tandis qu'on rencontre les plus petits dans les régions proches de l'équateur. La taille augmente au fur et à mesure qu'on s'éloigne de cette ligne.

La silhouette du puma est fine et musclée et son postérieur est plus haut que sa tête ce qui lui sert à sauter aisément. Sa longue queue (entre 53 cm et 81 cm[5], [6]), plus foncée à son extrémité, est l'une des caractéristiques du puma. Enfin, il possède des griffes longues, pointues et rétractiles, et quatre doigts. Ses pattes de derrière sont plus larges et puissantes que celles de devant, ce qui lui sert à bondir efficacement et d'avancer facilement dans la neige ou sur un terrain escarpé.

Tête

Puma en train de dormir

Le puma possède une petite tête de forme arrondie pourvue d'oreilles courtes et écartées qui lui donnent une acuité auditive exceptionnelle. La puissance de ses mâchoires est plus grande que celle de n'importe quel chien. La fourrure du menton est blanchâtre mais aussi le museau. La truffe est rose et son odorat est particulièrement développé. La couleur des yeux fluctue du vert au jaune ambré et son champ de vision est particulièrement large[7]. Le puma est capable de bien voir dans l'obscurité.

Mode de vie et reproduction

Comportement

Agilité

Le puma peut courir jusqu'à 50 km/h. En outre, il peut franchir jusqu'à 12 mètres[8] en longueur, d'un bond à partir d'une position fixe. Enfin, il est capable de faire des bonds atteignant 5 mètres de haut, sans élan, ce qui forme un record absolu dans le règne animal[9].

Il se déplace en silence. C'est un animal qui nage bien, mais il ne le fait qu'en cas de menace. Pour les besoins de la chasse ou en cas de menace, il est capable de grimper aux arbres et de faire preuve d'une grande agilité. Le puma a peu de prédateurs, mais en Amérique centrale et Amérique du Sud, il peut être attaqué par le jaguar et l'anaconda. En Amérique du Nord, il peut se trouver confronté à un grizzly ou à une meute de loups.

Cri

Les cris du puma changent selon les circonstances : ils peuvent être particulièrement aigus et ressembler à un sifflement en période de rut[10] ; ils peuvent faire aussi penser à un fort ronronnement. Au cours de la saison de l'accouplement, les pumas émettent des sortes de miaulements puissants[11], [4]. Le puma ne rugit pas à cause de l'ossification totale de son appareil hyoïde[12]. Il émet un gémissement aigu pour menacer les intrus osant s'aventurer sur son territoire.

Chasse

Les proies du puma, selon les régions[13]
Amérique du Nord cerf de Virginie, cerf mulet, élan, antilope d'Amérique ;
coyote, souris, lièvre, martre, mouffette, porc-épic ;
mouflon, chèvre des montagnes rocheuses, ourson ;
dindon sauvage, poisson, limace, sauterelle
Argentine huemul, guanaco, cerf des Andes
Brésil daguet, cerf des pampas, fourmilier
Paraguay paca, agouti, nandou d'Amérique, pécari
Forêt équatoriale singe

Les pumas sont carnivores (voir tableau ci-contre), ils attaquent généralement les grands mammifères comme les cerfs ou les élans mais également des animaux plus petits s'ils en ont besoin, il leur arrive même de pêcher ou de se nourrir d'insectes[14] ou de lézards[6]. En moyenne, un puma d'Amérique du Nord consomme un cerf l'ensemble des sept à dix jours, quelquefois plus pour une femelle avec des petits[15]. En Amérique latine, les pumas subissent la concurrence des jaguars qui ne leur laissent que des proies de taille moyenne. Enfin, le puma peut tuer des animaux d'élevage (chevaux, moutons, vaches, chèvres, etc. ) [14].

Les pumas chassent seuls, à l'aube ou au crépuscule, le jour en montagne[6]. Ils traquent leur proie et l'approchent par derrière. Les pumas peuvent fondre sur un animal du haut d'une branche : c'est la chasse à l'affût. Ils tuent leur proie en mordant la base du crâne, brisant ainsi le cou de leur victime. Ils peuvent ainsi s'attaquer à des animaux bien plus gros qu'eux. Ils enterrent ensuite la carcasse ou la recouvrent partiellement pour la protéger quelques jours des charognards avant de revenir pour s'en nourrir.

Les mâles adultes occupent un territoire moyen de 250 km² qui est marqué par leur urine, leurs déjections ou des traces de leurs griffes sur les troncs, accompagnées d'un marquage odorant ; comme les autres félins, le puma possède des glandes sudoripares au niveau des pelotes digitales et plantaires. Le territoire du puma couvre de 100 à 1000 km²[11]. Celui des femelles est plus restreint, généralement moins de 100 km², ce qui implique que le territoire d'un mâle comprend plusieurs territoires de femelles.

Attaques d'humains

Panneau avertissant de la présence de puma dans le Parc national de Saguaro (États-Unis États-Unis)

Les pumas attaquent rarement l'homme, mais cela peut arriver, en particulier quand des personnes s'aventurent dans des zones sauvages et privent le puma de ses proies habituelles. Entre 1890 et janvier 2004, on a recensé à peu près 100 attaques de pumas sur des humains en Amérique du Nord, dont 16 mortelles. En Amérique du Nord, on a compté 53 attaques dans les années 1980, dont neuf mortelles[5].

Cependant, le puma peut être apprivoisé. Le puma est inscrit à l'annexe ll de la CITES, cela veut dire qu'il peut être commercialisé avec un permis. Des fermiers en adoptent en Argentine et les laissent en liberté sur l'exploitation, où cet animal se révèle joueur et convivial. Il sont en voie de disparition parce que l'homme détruit son habitat et le détruit.

Reproduction

Le puma est un animal solitaire. Les mâles et les femelles ne se rencontrent qu'en période d'accouplement (environ deux semaines[11]). La durée de la gestation est d'environ 90 jours[12]. Les naissances ont lieu en particulier à la saison chaude. Une portée, qui peut aller jusqu'à six chatons, compte le plus souvent deux à trois petits[11], qui restent avec leur mère jusqu'à leur deuxième année[16]. La gestation dure entre 88 et 96 jours[5]. La femelle met bas dans une tanière (fourré, caverne, cavité, etc. ) l'ensemble des deux ans en moyenne.

Chatons pumas

À l'apparition, les pumas pèsent de 600 à 800 grammes[5], [17] et ont un pelage brun jaunâtre avec des points noirs ou marron qui disparaissent vers l'âge de 16 mois. Les chatons ouvrent les yeux à dix jours et mangent de la viande à six semaines[14], mais l'allaitement dure plus de trois mois[12]. A un mois et demi, leur poids avoisinera cinq kilos. Il arrive qu'un mâle attaque et tue les chatons. Les femelles peuvent aussi mourir en tentant de protéger leur progéniture[16]. Dans son environnement naturel, un puma vit à peu près huit à dix ans[5], [14] ; en captivité, sa longévité peut dépasser 25 ans. Il atteint sa maturité sexuelle dès l'âge de deux ans.

Population et répartition

Puma dans la neige

On estime que le puma est apparu en Amérique il y a près de 500 000 ans. Avant l'explosion démographique sur le continent américain, on trouvait le lion des montagnes sur tout le continent américain : de la Colombie-Britannique au sud de l'Argentine. Actuellement, il est l'animal terrestre qui occupe la zone la plus étendue du Nouveau Monde, couvrant près de 110 degrés de latitude. Le puma est aussi le félin le plus commun après le chat domestique sur le continent américain.

Du fait de sa grande répartition géographique, on peut dénombrer une trentaine de sous-espèces de puma concolor déterminées par quelques différences de taille, de pelage ou de comportement.

Le puma est absent des îles (Caraïbes, Antilles), de l'Uruguay mais aussi du centre et de l'est de l'Amérique du Nord. Il était jadis présent dans les forêts du Grand Nord, mais il a disparu suite à l'extinction des grands ongulés dans cette région[3]. Il a été énormément chassé au XIXe siècle et au XXe siècle : on recensait en moyenne 350 pumas tués par an en Colombie-Britannique entre 1910 et 1957[14]. Le puma peut occuper une grande variété d'habitats, mais l'extension humaine les a repoussés dans les montagnes, les forêts, les prairies, les déserts et les étendues sauvages du continent américain. On le trouve jusqu'à 5 900 mètres dans la cordillère des Andes[18].

Le puma est classé en annexe II de la CITES, c'est-à-dire en espèce vulnérable. Les pumas de Floride et d'Amérique centrale appartiennent à l'Annexe I et sont menacés d'extinction[19][11][3]. La chasse du puma est généralement interdite ou réglementée, sauf au Guyana, en Équateur et au Salvador[14]. Les réserves et les parcs naturels tentent de préserver leur habitat (Yosemite, Yellowstone, Río Plátano, Iguazú, etc. ). Cependant, certains éleveurs dont les troupeaux sont menacés par le félin les abattent ou les empoisonnent.

Le cougar au Québec

Puma au zoo sauvage de Saint-Félicien, Québec

Cette espèce se trouvait jadis dans presque toute l'Amérique du Nord, à l'endroit où s'étendait le territoire occupé par les cerfs, sa source de nourriture principale. Il a cependant été victime de la chasse pendant près de deux siècles, sa fourrure étant prisée et sa présence n'étant pas la bienvenue près du bétail. La sous-espèce de l'est , Puma concolor couguar, qui occuperait actuellement le sud-est du Canada (Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Écosse), avait apparemment disparu dès la seconde moitié du XIXe siècle, mais une faible population semble toujours subsister dans une partie de son aire de répartition historique.

Au Québec, sa population n'a certainement jamais été abondante. Depuis 1955, quelques centaines d'observations ont été rapportées. La majorité d'entre elles sont postérieures à 1991, période à partir de laquelle les mentions de couguar pour la province ont été toujours recueillies par les gestionnaires de la faune. Les mentions proviennent toutes de la partie méridionale de la province au sud du 50e parallèle, essentiellement des régions de l'Abitibi-Témiscamingue, de l'Estrie et du Bas-Saint-Laurent. Un seul de ces signalement a été confirmé formellement (preuves vérifiables) en 1992 quand un individu présentant un danger a été abattu en Abitibi-Témiscamingue. Cependant, une analyse de l'ADN a démontré que l'individu provenait d'une espèce présente en Amérique du Sud. L'hypothèse d'un animal échappé d'un jardin zoologique ou gardé en captivité semble la plus plausible. Les principaux facteurs limitatifs de la présence du couguar au Québec seraient probablement liés aux diverses activités humaines de même qu'à la dispersion des individus, qui auraient de la difficulté à se rencontrer lors de la période d'accouplement.

La présence du couguar fait aujourd'hui l'objet d'un suivi au Québec. Un dispositif de collecte des observations (rapport d'observation) et d'analyse de leur qualité est en place dans chaque région (bureaux de Protection de la Faune du Québec). À ce jour, la présence d'environ 8 individus répartis à travers la province est confirmée par les scientifiques. [20] En 2005, le ministère de la faune et des parcs du Québec a officiellement confirmé la présence du couguar dans trois régions du Québec, soit la Capitale-Nationale (Québec), la Gaspésie et le Saguenay–Lac-Saint-Jean. D'autres observations auraient été faites dans plusieurs autres régions dont le Centre-du-Québec et l'Estrie. Un couguar a d'ailleurs été filmé dans un champ de Fortierville en mai 2007, tandis qu'un autre a été aperçu et clairement identifié le 1er octobre 2007 à la Forêt Montmorency localisée à à peu près 70 km au nord de la ville de Québec, près du parc national de la Jacques-Cartier. Un autre a aussi été observé au printemps 2007 dans le Parc de la Gatineau, dans l'Outaouais[21].

Les pumas aux États-Unis

Initialement chassé jusqu'à sa quasi-extinction aux États-Unis, le puma a fait un grand retour, avec une population estimée entre 10 000[5] et 30 000 individus dans l'ouest du pays, essentiellement dans les montagnes Rocheuses. L'animal est présent dans quatorze États de l'ouest et en Floride[22]. On estime entre 4 000 et 6 000 le nombre de lions des montagnes en Californie où il est protégé par la loi, entre 4 500 et 5 000 au Colorado ; les couguars de Floride sont estimés à à peu près 50 et forment la sous-espèce la plus menacée du continent américain. Dans les autres États, sa chasse est légalisée mais soumise à l'autorisation du United States Fish and Wildlife Service[22]. Le Texas est l'unique État où le puma peut être chassé librement.

Les pumas tentent de reconquérir l'est du pays, suivant les criques et les cours d'eaux, ils ont désormais atteint les États du Missouri et du Michigan. Avec cette évolution, on devrait bientôt en trouver sur la quasi-totalité du territoire des États-Unis mais il faut compter sur un autre phénomène, la réintroduction du loup dans les montagnes Rocheuses est une menace pour le puma qui était jusque là l'unique grand prédateur carnivore avec l'ours présent dans cet espace. Il y a par exemple à peu près 25 pumas dans le parc du Yellowstone[23] contre 118 loups[24].

À cause de l'urbanisation, les pumas se retrouvent de plus en plus souvent en contact avec les humains, en particulier dans les zones riches en cerfs, leur proie naturelle. Énormément de ces félins meurent percutés par des automobiles ou des camions. Si on a compté des attaques d'animaux domestiques (chats, chiens), ils ne se tournent que particulièrement rarement vers les humains comme source de nourriture.

Représentations sociales et utilisations littéraires

Les noms du puma

Le mot «puma» [pyma] est dérivé d'un mot quechua introduit en français par l'intermédiaire de l'espagnol où il est attesté depuis 1602[25]. Les Incas les tuaient quand ils s'attaquaient aux guanacos et au vigognes[14]. Le terme «couguar» [kuga :ʀ] est orthographié de diverses manières («cougar», «couguard» et quelquefois «cougouar») au cours du XVIIIe siècle. Au Brésil, les Amérindiens Tupi appelaient l'animal susuarana, déformé ensuite par les Portugais en suçuarana puis cuguacuarana et qui devint au XVIIIe siècle le «couguar» du naturaliste français Buffon. Le mot se serait progressivement altéré : la cédille est perdue, puis les sons [s] et [c] sont confondus[26], [27], [28].

Les différents noms et expressions utilisés pour désigner le Puma reflètent la diversité des langues et des cultures du continent américain. Il est inscrit au livre Guinness des records comme animal ayant le plus grand nombre d'appellations, plus de quarante noms différents juste pour l'anglais, certainement grâce à sa large distribution en Amérique[29]. En français, il existe aussi de nombreux termes synonymes tels que «tigre rouge», «tigre poltron», «lion d'Amérique», «lion du Chili», «lion des Péruviens»[28].

Les peuples amérindiens connaissaient le Puma et le baptisèrent de façons diverses : il était «cabcoh» pour les Mayas. Les peuples qui occupaient les rives des Grands Lacs pensaient que sa queue attisait les tempêtes[18]. Ils l'appelaient Erielhonan, ce qui veut dire «longue queue». Le lac Érié dérive de cette appellation[27]. Le félin est discret, il ne chasse qu'à la tombée de la nuit ou à la levée du jour : c'est pourquoi il a été aussi surnommé le «chat fantôme» (ghost cat en anglais). Quand Christophe Colomb découvrit le puma, il crut que c'était un lion : les Américains l'appellent toujours mountain lion, «lion des montagnes». En anglais, le Puma est aussi nommé «catamount», «panther», «mountain screamer» et «painter». Le président américain Theodore Roosevelt le surnommait le «seigneur du meurtre fugitif[30]».

L'importance du puma dans les cultures précolombiennes

Les civilisations précolombiennes révéraient le puma comme un dieu ou un être surnaturel, à l'instar du jaguar. Dans les Andes, le dieu Viracocha est représenté par le motif du puma sur la porte du Soleil de Tiahuanaco. Pour les Incas, lors des éclipses de Soleil, Int, dieu du soleil était dévoré par un monstre céleste assimilé à un puma[31]. Les pumas étaient vus comme les représentants des dieux de la montagne. Quand ce phénomène céleste se produisait, les paysans des Andes faisaient ici encore un maximum de bruit mais cette fois, pour effrayer le félin. Le nom du lac Titicaca veut dire le «lac des pumas de pierre». Les plans de la ville de Cuzco au Pérou auraient été conçus en reprenant la silhouette du félin[18], [31].

Les Anasazis lui vouaient un culte. Au Nouveau-Mexique, les Cochites ont sculpté deux pumas en pierre grandeur nature pour un autel et les Zunis emportaient avec eux des amulettes en pierre représentant le félin[31]. D'autres peuples le chassaient pour s'en nourrir ou pour sa peau. Dans les croyances animistes des peuples d'Amérique du Nord, l'esprit du puma est celui du chef qui s'impose sans utiliser la violence ou la contrainte[27]. Il est un modèle de persévérance et de détermination, car il attend patiemment le passage d'une proie du haut d'un arbre ou d'un rocher.

Le puma est un animal particulièrement vénéré de la mythologie andine. Il y occupe une place comparable à celle du lion dans le bestiaire occidental.

Le puma actuellement

Actuellement, le puma sert de logo à une grande marque allemande de la confection, la marque Puma. Le puma est à la base de la dernière pièce d'Olivia Rosenthal : Les félins m'aiment bien qui a été créée en janvier 2005 au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis. Dans cette pièce le puma symbolise une menace énigmatique et dévorante.

Logo de BYU Cougars

BYU Cougars est le nom d'un club omnisports universitaire de la Brigham Young University à Provo (Utah) . Les équipes des Couguars participent aux compétitions universitaires organisées par la National Collegiate Athletic Association. BYU est membre de la division Mountain West Conference. L'équipe d'Argentine de rugby à XV porte le nom de «pumas».

Les Cougars de Saint-Ouen-l'Aumône sont une équipe de football americain évoluant en élite dans le Val-d'Oise en Île-de-France.

En 2007, la société Advanced Micro Devices a baptisé «puma» sa première plate-forme de composants pour les ordinateurs portables. Enfin, le puma est aussi le nom d'un type d'hélicoptère de l'armée française.

Taxinomie

Phylogenèse

La phylogenèse est l'étude des fossiles d'un animal pour préciser la naissance et l'évolution d'une espèce. Cependant, il existe assez peu de fossiles de félins, et la phylogénie moderne s'appuie principalement sur les analyses génétiques. Le premier félin daterait d'il y a 11 millions d'années[32]. L'ancêtre commun des lignées Leopardus, Lynx, Puma, Prionailurus et Felis aurait traversé la Béringie et colonisé l'Amérique du Nord il y a à peu près 8 à 8, 5 millions d'années. Des analyses génétiques effectuées en 2006 ont montré que ces lignées ont divergé dans l'ordre de leur citation : le genre Puma est par conséquent la troisième lignée à se différencier[32]. Les félins nord-américains ont ensuite envahi l'Amérique du Sud par l'isthme de Panama il y a 3 millions d'années durant le Grand échange inter-américain.

Le Puma est le plus grand des félins de la sous-famille des Felinæ et possède des caractéristiques identiques aux grands félins de la sous-famille des Pantherinæ[33]. Le Puma fut en premier lieu reconnu comme un membre du genre Felis (Felis concolor). Dès 1834, Jardine propose de classer le Puma dans un genre à part[34] : Puma. Le Puma a alternativement est membre du genre Felis puis Puma[33]. Les différentes références taxinomiques s'accordent désormais pour le rattacher au genre Puma, qui ne contient qu'une seule autre espèce : le jaguarondi (Puma yagouaroundi).

Des études on montré que le Puma et le Jaguarondi sont étroitement proches du Guépard[32], [35]. La nature de cette relation est cependant mal définie : une première hypothèse serait que les lignées du Guépard et du Puma aient divergé en Amérique (guépard américain), puis que le Guépard soit retourné vers l'Ancien Monde[32], [35] ; une autre suggère que le Guépard a évolué indépendamment sur l'Afro-Eurasie[36].

Le Puma d'Amérique du Nord présente un haut niveau de similarité génétique, ce qui suggère que l'espèce actuelle descend d'un petit groupe d'individus. Culver et al. pense que les populations nord-américaines de Puma concolor ont été extirpée durant les extinctions du Pléistocène il y a 10 000 ans, puis que les populations sud-américaines ont ensuite repeuplé le nord de l'Amérique[35].

Sous-espèces

Panthère de Floride

Jusqu'à la fin des années 1990, de 30[3], [Note 1] à 32[35] sous-espèces différentes ont été validées. Certains auteurs ont même avancé jusqu'à 35 sous-espèces différentes[37]. Les différences majeures entre ses différentes subdivisions de l'espèce étaient la localisation et la taille du corps : la majorité de ces formes ne prenaient pas en compte la variabilité naturelle entre les individus. Une étude génétique effectué en 2000 sur l'ADN mitochondrial a diminué drastiquement le nombre de sous-espèces, passant d'une trentaine à six[35], [33] :

La panthère de Floride est une des sous-espèces de pumas selon l'ancienne classification (Puma concolor coryi). Jadis présente dans tout le sud-est des États-Unis, elle survit dans le sud de la Floride (marais de Big Cypress). Il ne subsisterait qu'une cinquantaine d'individus[43]. Elle est menacée d'extinction malgré les efforts du groupe de sauvegarde de la panthère de Floride (The Florida Panther Recovery Team), fondé en 1976. Il y a aujourd'hui un grand effort de la part de l'État de Floride pour sauver ces panthères locales, leur nombre étant en effet en inquiétante diminution : élevage en captivité, préservation du gibier, reproduction artificielle, etc. Néanmoins, la nouvelle classification permet d'envisager une reproduction de préservation par croisement avec d'autres anciennes sous-espèces moins menacées de couguars d'Amérique du Nord, qui sont dans la même lignée phylogénétique, et de parvenir, par sélection, à retrouver les caractères de la panthère de Floride, avec l'aide d'élevages ou parcs naturels d'autres États.

Notes et références

Notes

  1. Voici seize anciennes sous-espèces proposées par la CITES :
    • Sous-espèces protégées vulnérables (CITES annexe II)  :
      • Puma concolor azteca (Merriam, 1901)
      • Puma concolor browni (Merriam, 1903)
      • Puma concolor californica (May, 1896)
      • Puma concolor hippolestes (Merriam, 1897)
      • Puma concolor improcera (Phillips, 1912)
      • Puma concolor kaibabensis (Nelson et Goldman, 1931)
      • Puma concolor mayensis (Nelson et Goldman, 1929)
      • Puma concolor missoulensis (Goldman, 1943)
      • Puma concolor oregonensis (Rafinesque, 1832)
      • Puma concolor stanleyana (Goldman, 1938)
      • Puma concolor vancouverensis (Nelson et Goldman, 1932)
    • Sous-espèces protégées menacées (CITES annexe I)  :
    • Sous-espèces présumées éteintes :
      • Puma concolor couguar (Kerr, 1792)
      • Puma concolor schorgeri (Jackson, 1955)

Références

  1. P. Jackson, A. Farnell Jackson, D. Devitre (trad. ), Les félins, 1996, page 189
  2. G. Véron, R. Dallet (ill. ), Cap sur les Félins, 1997, page 108
  3. R. Marion, G. Véron, J. Delfour, C. Callou, A. Jennings, Larousse des félins, 2005, page 70
  4. Article «Puma» dans The New Encyclopædia Britannica, volume 9, 15e édition, 1994, page 796
  5. P. Jackson, A. Farnell Jackson, D. Devitre (trad. ), Les félins, 1996, page 194
  6. G. Véron, R. Dallet (ill. ), Cap sur les Félins, 1997, page 109
  7. «The Cougar : Characteristics» sur le site The Cougar Fund, page consultée le 8 janvier 2007
  8. http ://www. journaldunet. com/science/biologie/dossiers/06/0606-records-animaux/5. shtml
  9. http ://www. journaldunet. com/science/biologie/dossiers/06/0606-records-animaux/4. shtml
  10. Felix Jirí, Jean et René Karel (trad. ), Faune des cinq continents, Paris, Gründ, 1984, ISBN 2700019024, page 165
  11. P. Jackson, A. Farnell Jackson, D. Devitre (trad. ), Les Félins, 1996, page 192
  12. G. Véron, R. Dallet (ill. ), Cap sur les Félins, 1997, page 110
  13. Source : P. Jackson, A. Farnell Jackson, D. Devitre (trad. ), Les félins, 1996, page 191
  14. R. Marion, G. Véron, J. Delfour, C. Callou, A. Jennings, Larousse des félins, 2005, page 72
  15. «The Cougar : Characteristics» sur le site The Cougar Fund, page consultée le 8 janvier 2007
  16. «The Cougar : Family Life» sur le site The Cougar Fund, page consultée le 8 janvier 2007
  17. 220 à 450 grammes dans R. Marion, G. Véron, J. Delfour, C. Callou, A. Jennings, Larousse des félins, 2005, page 72 ; 500 grammes pour G. Véron, R. Dallet (ill. ), Cap sur les Félins, 1997, page 109
  18. P. Jackson, A. Farnell Jackson, D. Devitre (trad. ), Les félins, 1996, page 191
  19. Site de la CITIES
  20. Commission de la capitale nationale http ://www. canadascapital. gc. ca/bins/ncc_web_content_page. asp?cid=16297-16299-10170-49685-49889-49894-83405&press=87405&new=yes&lang=2
  21. Commission de la capitale nationale http ://www. canadascapital. gc. ca/bins/ncc_web_content_page. asp?cid=16297-16299-10170-49685-49889-49894-83405&press=87405&new=yes&lang=2
  22. «The Cougar : Range» sur le site The Cougar Fund, page consultée le 8 janvier 2007
  23. (en) Mountain Lions, 26-07- 2006, National Park Service. Consulté le 19-03-2007
  24. (en) [pdf] Rocky Mountain Wolf Recovery 2005 Interagency Annual Report, 2006, U. S. Fish and Wildlife Service, Nez Perce Tribe, National Park Service, Montana Fish, Wildlife & Parks, Idaho Fish and Game, and USDA Wildlife Services. Consulté le 19-03-2007
  25. (fr) Puma sur http ://www. cnrtl. fr/, CNRTL. Consulté le 9 septembre 2009
  26. site du zoo de San Diego, page consultée le 7 janvier 2007
  27. Puma concolor :The Latin name for the cat of many names sur le site The Cougar Fund, page consultée le 8 janvier 2007
  28. (fr) Couguar sur http ://www. cnrtl. fr/, CNRTL. Consulté le 9 septembre 2009
  29. (en) The Guinness Book of World Records, 2004 , p. 49
  30. G. Véron, R. Dallet (ill. ), Cap sur les Félins, 1997, page 111
  31. G. Véron, R. Dallet (ill. ), Cap sur les Félins, 1997, page 115
  32. (en) W. E. Johnson, E. Eizirik, J. Pecon-Slattery, W. J. Murphy, A. Antunes, E. Teeling et S. J. O'Brien, «The Late Miocene radiation of modern Felidæ : A genetic assessment», dans Science, vol.  311, no 5757, 6 janvier 2006, p.  73–77 [texte intégral lien PMID lien DOI] 
  33. Référence Mammal Species of the World : Puma concolor (en)
  34. (fr) A. Barcet, «Le Puma (Felis concolor) », dans Thèse de l'École nationale vétérinaire de Lyon, 2008 [texte intégral (page consultée le 10 septembre 2009) ] , p. 13
  35. (en) M. Culver, W. E. Johnson, J. Pecon-Slattery et S. J. O'Brein, «Genomic Ancestry of the American Puma», dans Journal of Heredity, vol.  91, no 3, 2000, p.  186–97 [texte intégral lien PMID lien DOI] 
  36. (en) Ross Barnett, Ian Barnes, Matthew J. Phillips, Larry D. Martin, C. Richard Harington, Jennifer A. Leonard et Alan Cooper, «Evolution of the extinct Sabretooths and the American cheetah-like cat», dans Current Biology, vol.  15, no 15, 09 août 2005, p.  R589–R590 [texte intégral lien DOI] 
  37. A. Barcet, op.  cit. , p. 15
  38. Référence Mammal Species of the World : Puma concolor anthonyi (en)
  39. Référence Mammal Species of the World : Puma concolor cabreræ (en)
  40. Référence Mammal Species of the World : Puma concolor couguar (en)
  41. Référence Mammal Species of the World : Puma concolor concolor (en)
  42. Référence Mammal Species of the World : Puma concolor puma (en)
  43. site du zoo de San Diego, page consultée le 7 janvier 2007

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Puma.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 12/01/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu