Chartreux

Le chartreux, aussi nommé chat des Chartreux, est une race de chat venant de France. Ce chat est caractérisé par des yeux de couleur cuivre ou orangé et un pelage court et apporté entièrement bleu.



Catégories :

Race de chat - Chat - Felis - Felinae - Félidé - Race animale originaire de France

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Fiche identité race de chat : Le Chartreux (standard, aptitudes, conseils, histoire, défauts, ... ) (source : chatsderace)
  • A donner Chat De race Chartreux - Donne chartreux de deux ans... A vendre Chat De race Chartreux - BEBES FEMELLES CHARTREUX à réserver pour le 20/12... (source : evannonce)
  • Le chat chartreux est un chat domestique aux poils courts. Ce chat appartient à une race particulièrement ancienne, présente en France dès le XVIème siècle.... (source : web-libre)
Chartreux icône chat
Chartreux-Bonheur-nuits indiennes-neige2009.jpg
mâle chartreux

Région d'origine
Région France France
Caractéristiques
Silhouette Médioligne
Taille Taille moyenne à grande
Poids 3 à 7, 5 kg
Poil Court et dense
Robe Bleue
Tête Large, en trapèze renversé
Yeux Grands, de jaune soutenu à cuivre intense
Oreilles Placées haut sur le crâne, droites, arrondies au bout
Queue Longueur moyenne
Standards

Le chartreux, aussi nommé chat des Chartreux, est une race de chat venant de France. Ce chat est caractérisé par des yeux de couleur cuivre ou orangé et un pelage court et apporté entièrement bleu. Sa tête aux joues rebondies lui confère un visage «souriant». Le développement du chartreux est lent : plus d'une année lui est indispensable pour atteindre la maturité.

Il serait venant de Turquie et d'Iran et aurait été ramené en France au temps des croisades. Dans les années 1930, les sœurs Léger développent et perfectionnent la race principalement grâce à des sujets de Belle-Île-en-Mer. La race s'est vu consacrée en 1939. Au XXe siècle, le chartreux est au bord de l'extinction après la Deuxième guerre mondiale et des mariages malheureux avec le british shorthair, mais l'élaboration de critères sélectifs particulièrement précis dans les années 1980 a permis la reconstitution de la race d'origine.

Populaire en France, le chartreux est décrit particulièrement tôt dans un poème de Joachim du Bellay. Par la suite, de nombreuses personnalités posséderont des chartreux, au rang desquelles Colette qui lui dédia des écrits, ou encore Charles de Gaulle.

Historique

Premiers «chats bleus» et premiers chartreux

Carl von Linné décrit la race comme une espèce à part entière Catus cœruleus.

Le chartreux est l'une des plus vieilles races dites naturelles de chats au monde. Il serait venant des confins de la Turquie et de l'Iran[1], où son pelage laineux caractéristique lui conférait un avantage dans ces climats rudes. À l'époque des Croisades, le chartreux aurait été ramené par des navires de commerce entre l'Orient et l'Occident[2].

Selon la légende, la race se nomme «chartreux» car celle-ci habitait dans les monastères avec les moines Chartreux et servait à chasser les rats en ces temps où la peste bubonique faisait des ravages à travers l'Europe[Note 1]. Le félin aurait alors fait vœu de silence, trait qui persiste toujours aujourd'hui puisque le chartreux miaule particulièrement peu[1]. Une autre explication plus plausible voudrait que ce chat, au cours du XVIIIe siècle, ait été appelé selon la dense laine espagnole «pile des chartreux». La fourrure d'un chartreux adulte est particulièrement dense, laineuse, imperméable et d'une douceur voluptueuse. Les Néerlandais auraient échangé des peaux de chartreux du fait de la qualité de sa fourrure, de sa couleur et de sa densité[1]. Selon Jean Simonnet, cette explication est la plus probable[3], [2].

On retrouve ainsi des traces de chats bleus en occident dès 1558 dans le poème de Joachim du Bellay vantant les mérites de son chat Belaud[Note 2], [4]. La première utilisation du terme «chartreux» apparaît en 1723, dans le Dictionnaire universel de commerce, d'histoire naturelle et des arts et métiers de Jacques Savary des Bruslons[Note 3], [2]. On retrouve une référence aux chartreux dans le Systema naturæ de 1735 de Linné, l'initiateur de la classification scientifique des espèces. Il décrit la race des chartreux sous le nom Catus cœruleus (chat bleu), et la considère par conséquent comme une espèce différente[2]. Buffon fait aussi référence aux chartreux mais tout en remarquant la proximité avec la race des autres chats de la région[Note 4], [Note 5].

Développement de la race

Au début du XXe siècle, le chartreux est commun en Île-de-France, en Normandie ainsi qu'aux abords de l'île de Belle-Île-en-Mer, près de la côte bretonne[2]. Au début des années 1930, les sœurs Léger trouvent une vigoureuse colonie de chartreux sur leur île et les prennent en charge afin d'assurer leur survie. La majorité des chartreux d'aujourd'hui trouvent leurs origines à la chatterie des sœurs Léger. C'est aussi à cette époque que le premier standard de la race est établi, en 1939 exactement[1]. Leurs efforts aboutissent en 1933 lors d'une exposition du Cat Club de Paris, où leur chatte «Mignonne de Guerveur» devient championne internationale et est consacrée «chatte la plus esthétique de l'exposition»[2].

La Deuxième Guerre mondiale a énormément affecté la population des chartreux. À la fin des années 1960, la race des chartreux est aussi victime du croisement autorisé avec le british shorthair, deux races complètement différentes. Les croisements sont tels que la FIFé fusionne les deux standards en 1970 et ne considère ses deux races comme une seule. La race est sauvée en 1977 par la promulgation d'un nouveau standard qui soulignait les caractéristiques propres du chartreux[1]. En 1987, la race s'est vu consacrée par le CFA et la TICA. Les principales autres associations félines ont emboîté le pas, peu de temps après. De tels croisements entre races différentes sont désormais interdits et les chartreux ne peuvent plus se reproduire qu'entre eux. La race est actuellement présente dans de nombreux pays et bien représentée en exposition[1], où on le considère typiquement français[4].

Un premier couple de chartreux est exporté vers les États-Unis en 1972[4] par Helen Gamon de la Californie. Ces premiers chartreux américains sont les ancêtres de la majorité des chats chartreux nés aux États-Unis. Au Québec, l'apport français et américain du chartreux permet une grande diversité dans les lignées[2].

Popularité

Dans son pays d'origine, le chartreux était particulièrement populaire et faisait partie du trio de tête des races préférées des Français[5]. Cependant, en 2006, il est rattrapé par le maine coon et se place désormais en quatrième place avec 5 740 chartreux enregistrés au LOOF jusqu'en 2008[5]. En Angleterre ainsi qu'aux États-Unis il se fait bien plus discret. Selon la CFA, en 2007, il ne se plaçait qu'en 26e place, derrière des races bien plus rares dans l'hexagone comme le bobtail japonais[6], [7].

Standard

Répartition des points par caractéristique[8]
Fédérations Tête Oreilles Yeux Corps Robe et couleur
LOOF 20 10 10 30 30

Corps

La tête ronde du chartreux est marquée par ses grands yeux dorés.

Le chartreux présente un dimorphisme sexuel assez marqué. Le mâle est moyen à grand, avec un poitrail large ; il doit par conséquent paraître massif[9]. Le chartreux à l'âge adulte possède un corps musclé et robuste de type médioligne, tout en restant souple et particulièrement agile, jamais lourdaud. Forte, épaisse et courte, l'encolure est musclée (cela vaut en particulier pour le mâle qui, à l'âge adulte, n'a pour ainsi dire presque pas de cou). Les épaules sont larges, la poitrine profonde et le dos droit. Les pattes ont une ossature solide et une musculature puissante[8] mais paraissent fines en comparaison du reste du corps. Les pieds sont ronds et larges avec des coussinets de couleur bleu-gris[9].

La femelle est plus petite, moins large de poitrine et moins joufflue, mais elle doit rester robuste, quoique les proportions restent les mêmes pour les deux sexes[9]. Le mâle peut atteindre les sept kilos et demi et la femelle pèse entre quatre et cinq kilos. Dans la totalité, les pattes et la queue sont de taille moyenne. La queue est épaisse à la base et s'effile vers un bout arrondi sans jamais former de nœud[8].

Tête

Vue de face, sa tête a la forme d'un trapèze inversé avec des contours arrondis, en particulier chez le mâle. Le profil est un peu concave avec un front haut et plat. Le nez droit et large peut avoir un très léger stop, quoique son absence soit préférable. La truffe est gris ardoise. La mâchoire est puissante et les joues rebondies, surtout chez le mâle de plus de deux ans[8]. La forme du visage lui confère un sourire caractéristique ; on le surnomme d'ailleurs le «chat souriant de France». Le menton est ferme[9].

Les oreilles de taille moyenne, positionnées haut sur la tête, sont étroites à la base et un peu arrondies[8]. Les yeux sont arrondis, grands et expressifs, quoiqu'un peu bridés à l'extrémité extérieure. La couleur peut fluctuer, allant du doré à l'orangé[9].

Parmi les défauts pénalisant en concours félin, on trouve un stop trop marqué ou un nez retroussé, un museau long ou lourd, les yeux en amande. Ces défauts ne retireront pas le titre chartreux au chat mais feront baisser sa valeur. Le défaut pouvant lui retirer totalement le titre est des yeux verts et même la présence d'un cercle vert dans la couleur des yeux[8], [1], [9].

Robe et fourrure

La seule couleur acceptée est le bleu dans toutes ses nuances, du bleu-gris clair au gris-bleu soutenu et elle doit être uniforme de l'extrémité du poil jusqu'à la racine[9]. Qu'elle soit foncée ou pâle, la couleur de sa fourrure doit être totalement uniforme même si des marques tabby sont présentes pendant les premières années de sa vie. La peau est aussi bleu-gris[9]. Le défaut de la robe pouvant lui retirer totalement le titre est la présence de taches blanches sur le pelage[8], [1], [9].

La fourrure est lustrée, épaisse, dense comme celle de la loutre, serrée. Le sous-poil bien apporté et un peu laineux rend la fourrure quasiment imperméable et lui donne une certaine épaisseur[9].

Races proches

Le bleu russe possède énormément de caractéristiques communes au chartreux, mais se différencie par la couleur de ses yeux.

Actuellement, il est fréquemment confondu avec les autres races bleues, tel le korat ou le bleu russe[2], [10].

Le bleu russe présente de nombreuses similitudes avec le chartreux mais le caractère contradictoire des différentes appellations de cette race souligne assez les controverses sur son origine. Selon de nombreux spécialistes, le bleu russe partagerait la même origine que le chartreux. Ce chat ne s'est jamais vraiment implanté en France, certainement du fait de la concurrence avec le chartreux et le british shorthair bleu. On le trouve essentiellement dans les pays anglo-saxons[11].

On trouve aussi des caractéristiques du chartreux chez le british shorthair spécifiquement au niveau de la fourrure sans cependant avoir l'aspect presque laineux[12]. Le physique du chartreux le distingue nettement du british shorthair, par contre, le chartreux partage avec ce dernier les yeux cuivre intense[9].

Caractère

Même si les traits de caractère sont individuels et fonction de l'histoire de l'individu, le chartreux est le plus souvent enjoué et particulièrement sociable, tout en conservant une certaine indépendance[9]. Son tempérament fidèle lui vaut le qualificatif de «chat-chien». Il adore suivre son maître de pièce en pièce. Il excelle à rapporter la balle ou le jouet lancé[1]. Tout en appréciant les caresses, le chartreux n'aime pas être contraint physiquement. Qui plus est , certains d'entre eux peuvent avoir des réactions violentes quand ils sont maintenus par les assesseurs en concours[9].

Peu miauleur, le chartreux aime la tranquillité. Robuste et rustique, c'est un chat idéalement adapté au froid ainsi qu'aux intempéries[9], et reconnu comme un bon chasseur[13].

Élevage

Statistiques

La France compte depuis 2003, 732 éleveurs de chartreux, quoique moins de la moitié d'entre eux aient été actifs en 2008 et 2009. Ces éleveurs voient naître pour la majorité une seule portée par an. Particulièrement rarement, plus de dix portées annuelles sont déclarées et cela concerne moins de dix éleveurs sur tout le territoire français[14].

Reproduction

La France compte 355 chartreux mâles conçus pour la reproduction et ayant été à l'origine d'au moins une portée ces deux dernières années. Ils ne sont néenmoins que 66 à contribuer à plus de la moitié des chatons. Ces mâles sont le plus souvent actifs entre un et quatre ans, ou alors cinq ans avec un extrême allant jusqu'à treize ans pour le plus âgé[14].

Les femelles sont plus nombreuses et le LOOF en a répertorié 790 en 2008 et 2009, soit à peu près 2, 2 femelles par mâle actif. Dans les faits, elles ne sont cependant que 206 à mettre au monde plus de la moitié des chatons naissant en France en 2009. Ces femelles ont essentiellement des portées entre leur première et leur troisième année avec un extrême allant jusqu'à onze ans pour la plus âgée[14].

Les portées se forment en moyenne de quatre chatons, avec un maximum de douze. Les portées de trois ou cinq chatons sont aussi assez habituelles. Le LOOF délivre par conséquent chaque année à peu près 2 000 pedigrees avec une faible proportion de chats conçus pour la reproduction[14].

Croissance

Les jeunes chartreux naissent avec des «marques tabby fantômes».

Les petits naissent fréquemment avec des marques tabby, qui sont amenées à disparaître progressivement dans les six à douze mois qui suivent. Le chartreux naît avec des yeux bleus-gris : la couleur orange ne s'installe qu'à partir de trois mois[13]. L'intensité de la couleur des yeux s'atténue naturellement chez le chartreux. Le développement de cette race est lent : l'achèvement de la musculature, des joues et du pelage laineux arrive vers deux à trois ans[8].

Parvenu à maturité le chartreux arbore une fourrure plus laineuse, rappelant les «cassures» de celles des moutons[8].

Entretien

Sa fourrure épaisse nécessite un étrillage hebdomadaire. Sa mue est importante en particulier au printemps où il perd sa fourrure d'hiver. Le matériel conseillé pour l'entretien de son pelage est un peigne double en métal (avec deux écartements de dents) et une brosse plus douce en soie naturelle (sanglier ou porc) [9].

La lumière du soleil peut faire apparaître des reflets marron sur sa robe[13]. Qui plus est , la vie en plein air et spécifiquement en hiver, accentue l'aspect laineux du poil[13].

Le chartreux dans l'art et l'histoire

Perronneau : Magdaleine Pinceloup de La Grange

Le chartreux apparaît pour la première fois en 1558 dans un poème de Joachim du Bellay intitulé Vers Français sur la mort d'un petit chat[2]. Cependant, Belaud semble mâtiné de gouttière car «blanc dessous comme une hermine»[15].

On trouve ensuite une représentation d'un chartreux en 1747 dans un tableau de Jean-Baptiste Perronneau représentant Magdaleine Pinceloup de la Grange : le chat y figure au premier plan, c'est-à-dire comme animal de compagnie ce qui est plutôt rare à cette époque[16].

Au début du XXe siècle, on commence à s'intéresser à ce chat pour l'élevage comme animal de compagnie. L'écrivain Colette en possédait d'ailleurs plusieurs et fit d'un de ses chats chartreux, Saha, l'héroïne de son ouvrage La Chatte, où elle lui consacra plusieurs descriptions[Note 6], [Note 7], et aussi dans Les Vrilles de la vigne[Note 8], [3], [17].

Le général de Gaulle posséda un chartreux à la fin de sa vie, Ringo de Balmalon, acquis par Yvonne de Gaulle durant le second mandat de son mari. Vivant à La Boisserie, il fut renommé Gris-Gris et , selon la légende, suivait le général partout. Par la suite, de nombreux propriétaires de chartreux déclarèrent que leurs chats étaient descendants de Gris-Gris[18].

Notes

  1. Ce sont ces mêmes moines qui ont découvert la liqueur de Chartreuse.
  2. «Belaud dont la beauté fut telle
    Qu'elle est digne d'être immortelle.
    Doncques Belaud, premièrement,
    Ne fut pas gris entièrement
    Ni tel qu'en France on voit naitre
    Mais tel qu'à Rome on les voit être.
    Couvert d'un poil gris argentin
    Ras et poli comme satin,
    Couché par ondes sur l'échine
    Et blanc dessous comme ermine.»
  3. Chartreux - Le «vulgaire» appelle ainsi une sorte de chat qui a le poil tirant sur le bleu. C'est une fourrure dont les pelletiers font négoce.
  4. On voit par cette description que ces chats de Perse ressemblent par la couleur à ceux que nous appelons chats chartreux, et qu'à la couleur pics, ils ressemblent idéalement à ceux que nous appelons chats d'Angora. Il est par conséquent vraisemblable que les chats du Korazan en Perse, le chat d'Angora en Syrie et le chat chartreux, ne font qu'une même race... (Quadrupède, Tome 1, Buffon, p.  344)
  5. ... les couleurs se sont uniformément adoucies ; le noir et le roux sont devenus d'un brun clair, le gris-brun est devenu gris cendré ; et en comparant un chat sauvage de nos forêts avec un chat chartreux, on verra qu'ils ne changent en effet que par cette dégradation nuancée de couleurs... (Quadrupède, Tome 1, Buffon, p.  345)
  6. Le soleil jouait sur son pelage de chatte des chartreux, mauve et bleuâtre comme la gorge des ramiers
  7. Il lui dédia rapidement quelques litanies rituelles qui convenaient aux grâces caractéristiques ainsi qu'aux vertus d'une chatte dite des chartreux, pure de race, petite et idéale… Mon petit ours à grosses joues… Fine… Fine chatte … Mon pigeon bleu… Démon couleur de perle…
  8. À fréquenter le chat, on ne risque que de s'enrichir. Serait-ce par calcul que depuis un demi-siècle je recherche sa compagnie ?

Références

  1. (fr) Muriel Alnot-Perronin, Colette Arpaillage et Patrick Pageat, Le traité rustica du chat, Rustica, 2006 (ISBN 2840386801) , «Le chat, origines et races» , p. 66
  2. (fr) DR Rousselet-Blanc, Le chat, Larousse, 1992, 160 p. (ISBN 2035174023) , «Race et type européen» 
  3. (fr) Jean Simonnet, Le chat des chartreux, Kapp et Lahure, 1989, 210 p. , «Postface» 
  4. Christiane Sacase, Les Chats, Solar, coll. «Guide vert», février 1994, 256 p. (ISBN 2-263-00073-9)  , «Chartreux» (fr)
  5. (fr) Tableau des pedigrees par race et par année sur http ://www. loof-actu. fr/, 16 juin 2009, LOOF Actu. Consulté le 5 août 2009
  6. (fr) Le chat de race en Angleterre : les grandes évolutions sur http ://www. aniwa. com, 30 mai 2008, Aniwa. Consulté le 5 août 2009
  7. (fr) Le sphynx : haut dans les cœurs du classement CFA sur http ://www. aniwa. com, 23 mai 2008, Aniwa. Consulté le 5 août 2009
  8. (fr) LOOF Standard LOOF sur http ://www. loof-actu. fr/, 16 juin 2009, LOOF Actu. Consulté le 5 août 2009
  9. DR Rousselet-Blanc, Le chat, Larousse, 1992, 161 p. (ISBN 2035174023) , «Race et type européen» 
  10. Le traité rustica du chat, op.  cit. , «Le chat, origines et races», p. 50
  11. Le traité rustica du chat, op.  cit. , «Le chat, origines et races», p. 64
  12. Le traité rustica du chat, op.  cit. , p. 60
  13. (fr) Chartreux sur http ://www. royalcanin. fr/, 2006, Royal Canin. Consulté le 5 août 2009
  14. (fr) Statistiques détaillées du LOOF par race sur http ://www. loof-actu. fr/, 16 juin 2009, LOOF Actu. Consulté le 5 août 2009
  15. (fr) Stefano Salviati, 100 chats de légende, Solar, Turin, septembre 2002, 144 p. (ISBN 2263032827)  
  16. (en) Magdaleine Pinceloup de la Grange, née de Parseval sur http ://www. getty. edu/, Getty Center. Consulté le 5 août 2009
  17. 100 chats de légende, op.  cit. , «L'univers félin de Colette», p. 108-109
  18. 100 chats de légende, op.  cit. , «L'éminence grise du général», p. 61

Bibliographie

Annexes

Article principal : chat.


Liens externes

Clubs et associations d'éleveurs

Standards


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Chartreux_(chat).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 12/01/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu